Andes à vélo

26 mars 2008

Ushuaia... el fin...

A Punta Arenas nous nous sentions vraiment bien dans cette ambiance franco-chilienne, et puis comme d´habitude il a fallu partir et continuer...

On a traversé le détroit de Magellan accompagnés de quelques dauphins pour rejoindre la terre de feu. C'est Magellan qui aurait donné ce nom à l´ile en raison d'immenses feux de camps allumés par les indiens pour se protéger du froid. 

P1050253

On quitte le village de Porvenir par une piste qui longe le bord de mer. Le vent est favorable mais il ne nous pousse pas beaucoup !

P1050254

Encore de grandes étendues de pampa avec des guanacos pas trés craintifs...

P1050263

En milieu de journée on s´arrete discuter avec des pecheurs de moules sur la plage. Ils travaillent à 2, un plongeur passe la journée sous l´eau et remplit les sacs de moules et l´autre garde le bateau et veille le compresseur. L´équipement nous parait bien sommaire...

P1050256

Apres cette pause, on continue et on s´arrete dans une estancia quelques km plus loin pour camper a l´abris du vent. On est accueilli par Rigoberto. A notre grande surprise, c´est un habitué des cyclistes et en a vu bien d´autres avant nous ! Il nous offre un lit et un delicieux gigot au diner !

PICT2753

Il nous raconte la vie de l´estancia... C´est une grande propriété consacrée à l´élevage des moutons. L´agneau de la terre de feu est le meilleur du monde nous dit-il. On veut bien le croire : ici le ratio est d´un mouton à l´hectare ! On n´en voit pas beaucoup car ils sont encore à l´estive. La tonte, appelée Esquila, a lieu au tout début de l´été, ils récupèrent 8 kg de laine par animal !

Le jour suivant on reprend la route. Dopés par le passage des 10 000 km, on choisit un itinéraire bis plus long mais forcément plus joli... et puis la galère commence...
Nous rejoignons l´estancia Cameron ou il pleuvra toute la nuit. La route que l´on pensait emprunter est impraticable en vélo comme en voiture. On rebrousse chemin. Nous sommes congelés sous la pluie, le thermomètre affiche 3 degrès. On ne tient plus et on fait du stop... Le problème est qu´il y a moins d´une voiture à l´heure ! Mais on est chanceux et on est pris par un bus ! Ouf...

On finit par arriver à Rio Grande ou l´on attend une journée que le temps s´améliore. On n´a pas envie de finir notre périple dans la tempete...

P1050282

Et puis... en deux jours on avale les 220 bornes restantes pour rejoindre Ushuaia ... Le paysage change radicalement. Fini la pampa, on retrouve le bout de la cordillère des Andes. On franchit notre dernier col à 450 m d´altitude !

P1050322

Les derniers km sont pleins d´émotion... Nos jambes tournent toutes seules, on ne sent ni le froid ni le vent... Nos yeux sont remplis de larmes, les 10 mois passés défilent...Toute cette route parcourue, toutes ces rencontres... Ca y est on arrive... C´est la fin... Nous sommes au bout de la route, au bout du continent, au bout du voyage...

P1050331

P1050334

A Ushuaia on prolonge comme on peut en campant sur une piste de ski sur les hauteurs de la ville. Le paysage est superbe entre les montagnes et le canal Beagle. Il était temps d´arriver car la neige n´est pas loin...

P1050345

..............

Depuis Quito, on a roule 167 jours et parcouru 10 247 km, on a aussi souffert sur 108 162 m de dénivelé. Et incroyable, nous n’avons eu aucune crevaison !

.

Nous n’étions pas plus cycliste l’un que l’autre avant de partir mais on n’a jamais regretté d’etre sur 2 roues… Le voyage à vélo nous a convaicu. C’est l’indépendance, la liberté, c’est vivre la route, etre acteur et observateur les sens en éveil... On a vraiment aimé.

.

Notre passage en Equateur, au Perou et en Bolivie nous a marqués. On a vu beaucoup de pauvreté dans les campagnes où la vie est dure pour les indiens... tant d´injustice et d'inegalité !!! On a pourtant rencontré beaucoup de simplicité et de générosité, on a pris quelques leçons...

.

Un grand merci à tous ceux qu´on a croisé sur la route, à tous ceux qui nous on tendu la main... beaucoup de moments forts et inoubliables.

.

Le blog nous a permis de partager un peu notre voyage. Vous avez été nombreux à nous suivre, on a mème eu plus de visiteurs que de km effectués ! On tient à tous vous remercier pour vos messages et vos encouragements. Ca nous a vraiment touchés et donné des forces de vous sentir derrière nous.

Enfin, gracias à la Pachamama et au grand condor d´avoir si bien veillé sur nous...

Nous remontons ce soir sur Buenos Aires pour un dernier tango avant de rentrer.

Alors à très bientôt !!!

Mitch et Nini

P1040727

Posté par mitchetnini à 19:43 - - Commentaires [26] - Permalien [#]


15 mars 2008

Falta poco *

Après deux jours de repos en compagnie de nos amis cyclos on part à vélo visiter le Perito Moreno. A l'arrivée la découverte du glacier est saisissante...

P1040674

L'accés est aménagé, on se promène sur une passerelle face a cette immense paroi de glace. Le glacier gronde, on guette les chutes de seracs... Ca craque, Ca tremble... On a la chance de voir de jolis morceaux se détacher et tomber avec fracas dans l´eau. On retient notre souffle, pas le temps d'armer l'appareil photo... C'est trés impressionnant.

P1040660

Malgré l'interdiction de camper dans le parc, on se débrouille a passer la nuit dans ce lieu magique...

Le lendemain on est les premiers et on a le glacier pour nous. La lumiere matinale et le calme rendent le spectacle encore plus beau...

leve_soleil

Le Perito Moreno mesure 4 km de large et 15 km de long. La hauteur de glace est de 170 m, dont 60 m sont émergés. Il n'est qu´une langue glaciaire de l'énorme Campo de Hielo Sur qui s'étend sur des milliers de km2. C'est la plus grande réserve d'eau douce hors poles.

En fin de matinée quand le flot de touristes arrivent, nous renfourchons nos vélos pour Calafate.

De la, en trois jours nous rejoignons la frontiere chilienne.

P1040762

Trois jours de pampa... à peine quelques buissons pour planquer la tente...

P1040724

Ce sont nos derniers kms sur la Ruta 40. Nous avions commencé a l'emprunter il y a plus de 4000 km au nord de l' Argentine.

A l'horizon, d'enormes étendues d´herbes. On croise régulierement des guanacos, des moutons, des chevaux et des nandus.

23256533_p

23256557_p

A Cerro Castillo, on se ravitaille pour notre future randonnée dans le Parc Torres del Paine. On y rencontre Irene, une dame d'une gentillesse sans pareille... Au depart on s'adresse à elle pour lui demander notre chemin. [...] Et puis... On se retrouve invité à passer une nuit dans son superbe hotel ! C'est incroyable de se retrouver la... Tout est beau, propre, confortable... 

Le lendemain on lui confie nos vélos et on part pour notre trek dans le parc de Torres del Paine !

P1050073

P1040911P1040920P1040928

7h13........................7h18.......................7h35........................

8 jours de randonnée et beaucoup de plaisir. C'est presque reposant de suivre un sentier balise et d´avoir des campement organisés et marqués sur la carte !

torres

On voit encore quelques animaux : un pic vert de Magellan,  des perruches, des lievres, des renards, un canard d´eau vive, des condors, des caracaras, beaucoup de gringos... et meme un huemul !

P1040899

P1050060

On renchaine avec une journée de vélo pour rejoindre Puerto Natales. Une bonne quinzaine de sport, il est temps de s'arreter... Les tendons et les genoux sont dans le rouge.

Trois jours au calme puis on repart tranquillement. Le vent est de plus en plus fort, il fait de plus en plus froid... mais les gens sont toujours aussi gentils. A plusieurs reprises on nous offre du pain, on nous invite a prendre un cafe au chaud... C´est incroyable.

La route est belle, au loin elle se confond avec le ciel et les nuages nous paraissent si proches...

P1050147

Apres 250 km on arrive a Punta Arenas. Ici nous avons une bonne adresse, nous logeons chez Eduardo et Pamela. Il y a une super ambiance, c'est familial et on partage de bons moments avec eux et les autres voyageurs.

P1050245

Punta Arenas est une grande ville au bord du détroit de Magellan. Le canal a été découvert en 1520 par Magellan. Dans les annees qui ont suivi il est devenu la principale route d´accès entre l´Europe et les cotes du Pacifique. A cette epoque vivaient 4 ethnies dans la region, les Tehuelches, les Onas, les Alakalufes et les Yamanas. Tous ces indiens ont été exterminés avec l´arrivee progressive des colons et le développement d´activités dans la région comme l´élevage de moutons et la recherche d´or... La derniere représentante du peuple Onas est morte en 1999 et il ne reste que quelques photos du debut du siècle de ces indiens... Aujourd´hui Il y a une statue d´indien sur la place et il est de coutume de lui baiser le pied...

P1050248

Hier nous sommes allés dans la baie de Seno Otway voir les pinguins qui sont venus pondre il y a 1 mois. Ils s´appretent a reprendre la route pour passer l´hiver sur les cotes du Bresil. On les approche de tres près sans qu´ils soient effrayés... On ne peut s´empecher de rire quand on les voit se dandiner pour marcher !

P1050209

Demain on traverse le détroit pour rejoindre la Terre de Feu. Quelques centaines de kilometres nous séparent d´Ushuaia. On entame nos derniers tours de roues...

Rendez vous prochainement pour un dernier message du bout du monde.

Un abrazo a todos et un gros bisou a Romane !

P1050171

* Manque pas grand chose

Posté par mitchetnini à 14:15 - Commentaires [15] - Permalien [#]

19 février 2008

En Patagonie

Mercredi 16 janvier on quitte Quellon et l´ile de Chiloe pour Chaiten sur le continent. La traversée nous offre de belles vues sur la cordillère et les volcans...

P1040005

Des le lendemain c´est sous un beau soleil que l´on commence à rouler sur la carretera australe.
Après 30 km le goudron laisse place au ripio. On s´enfonce progressivement dans une végétation de plus en plus luxuriante, on parle ici de foret pluviale, avec des feuilles gigantesques !!

P1040024

Nous sommes entre 0 et 500 m d´altitude et juste au dessus de nos tetes il y a d´énormes glaciers. On longe le fjord de Puyuapi ; nous avons l´impression de pédaler dans la jungle à coté de la mer et sous les glaciers...

PICT2666

L´ambiance est bien humide, les cotes sont raides, le ripio pas toujours trés bon mais heureusement on est récompensé par nos efforts !!

P1040095

A Cohaique, la seule ville digne de ce nom sur le parcours, nous nous arretons deux jours pour reprendre des forces après ces 400 km éprouvants. On y rencontre des cyclos bien sympas, Nelly et Jerome qui font la mème route que nous en sens inverse, et Patrice, un amoureux du Chili et du vélo qu´on retrouvera  souvent sur la route avec plaisir.

La partie sud de la carretera australe est plus seche, encore plus sauvage et plus belle à nos yeux.

P1040143

Ce qui rend tout ca magique c´est que la présence humaine ne se voit pas. On croise seulement quelques villages bien tranquilles. La nature est belle et préservée. On boit l´eau des rivières ; on profite chaque jour de cet environnement paisible ou l´on se sent vraiment bien.

P1040311

Journée type : en général, après un petit dèj sérieux on décolle vers 9h30... On roule 20-30 km et puis c´est l´heure de la pause picnic.

P1040080

L´après midi on continue à pedaler avec quelques arrets peche-photos-rencontres... Vers 18h00, après 5 ou 6h de vélo, on pose la tente, souvent bien fatigués. On a deux menus : spaguettis à l´huile d´olive ou riz et truite ! Après un petit café on va se mettre au chaud...

P1040296

La majeure partie de la route australe a été construite après 1980. Les derniers km datent seulement de 1999. Des villages de pionniers existaient avant la création de la route ; ils n´étaient accessibles qu´en bateau et à cheval.

P1040184

En discutant avec les locaux, on se croit parfois à une autre époque ! On les a d´ailleurs trouvé trés accueillants et on a adoré échanger avec eux dans leurs cuisines surchauffées au poele a bois !

Un de nos coups de coeur est la découverte de Caleta Tortel. Ce village atypique est niché au fond d´un fjord. Les maisons sont sur pilotis ; il n´y a pas de rues mais que des passerelles et des escaliers en bois ! La voie d´accès terrestre à Tortel n´à que 4 ans !!

P1040237

Et puis... la route nous a mené à Villa O´Higgins, le terminus à ce jour. Dans quelques années la route pourrait bien continuer et rejoindre le sud du pays.

P1040330

On a fini un peu triste ; nous avons tellement aimé cette région de la patagonie chilienne ; on s´est jamais senti aussi libre... On aurait voulu que ça dure encore...

P1040050


De Villa O´Higgins seuls les piétons et les cyclistes peuvent continuer vers l´Argentine...

C´est à 6 cyclos que l´on se lance dans l´aventure ! De Villa O Higgins on prend un bateau qui nous mène au poste frontière chilien. En passant, on visite le glacier O´Higgins qui se jette dans le lac du meme nom. Spectacle grandiose...

P1040401

Le bateau navigue au milieu des icebergs pour s´approcher des parois de glace de plus de 60 m !

Après les formalités douanières, on part pour 23 km de cyclo- trekking. On alterne passage de rivière, montées sévères, saut d´obstacles, single track trés étroit... On doit souvent pousser les vélos à deux et parfois meme enlever les sacoches. Heureusement on est 6 et on s´entraide !

PICT2703

P1040444

On arrive au bout de 2 jours au poste frontière argentin. Formalités et re-bateau... On retrouve enfin une piste carrossable qui nous mène le lendemain à El Chalten.

Nous nous arretons quelques jours au pied du Fitz Roy, montagne majestueuse... Après un peu de repos on part en rando ! Les sentiers ne sont pas trés raides et les paysages magnifiques. Nous avons tous les deux été scotchés par la beauté du Fitz Roy. On passe une apres-midi à l'admirer. Cette montagne est trés imposante, on se sent bien petit à coté.

P1040531


Il est temps de reprendre nos bicyclettes... Avant tout considérez toutes nos allusions précédentes au vent comme insignifiantes...

PICT2712

On quitte El Chalten vent arrière toute voile ouverte, on sort le spi. A la sortie du village les condors nous accompagnent. On est affolés, ce sont nos premiers condors certifiés depuis le début !! Whaou !

condor

On avance à une vitesse de croisière anormale de 25 km/h, poussé par une brise océanique. Au bout de 90 km, on vire à tribord sur la ruta 40 et là... on se prend la baume dans les dents !! On se retrouve au près, trop près... Vent de face, on est à 6 km/h. Ca gite sévère, on a du mal à tenir la barre !

Heureusement la mer est plate, bonne asphalte, trés peu de creux. Après quelques bords, on s´amarre à coté d´une estancia pour la nuit... épuisés...

On est dans les 45èmes rugissants et bientot le Cap Horn ! Pas facile de naviguer en Patagonie...

P1040572

Le jour suivant on est toujours dans le vent... Et, une idée folle nous prend de poursuivre jusqu´à El Calafate ! On y arrive, après 8h30 sur la selle. Il est 21h30 quand on arrive au camping... Et là, quelle joie et quelle surprise d´y retrouver nos amis allemands, Sabine et Stefan avec qui nous avions passé le nouvel an avec Mickael et Steve, deux de nos six compagnons d´échappés !! On pose les vélos et en moins de 5 minutes on se retrouve attablés pour un bon asado !!

" DAS LIEBE IST WUNDERBAR !! "

Pour la suite on prévoit d´aller découvrir le glacier Perito Moreno et de continuer vers le sud en passant par le Chili, direction le parc Torres del Paine.

Ushuaia est à moins de 1000 km. Ça nous semblait si loin il y a 9 mois...

Plein de bises à tous et à trés bientot !!

Posté par mitchetnini à 18:18 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

12 février 2008

Nous sommes arrivés à El CHALTEN en Argentine hier. On vous racontera la Carretera austral et tout ce qui va avec trés bientot... La connection ici est trop mauvaise.

C´était magique...

P1040183

A trés vite !!

Posté par mitchetnini à 19:42 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

12 janvier 2008

PEDALER PLUS POUR GAGNER PLUS...

On applique la règle... On a déjà pédalé 7 800 km et toujours plus de bonheur !

Les proprios de l´hotel nous ont finalement invités à passer le réveillon avec eux... Ce fut un beau Noel en famille !! On a meme eu le droit à des cadeaux sous le sapin !
Nous avons été trés touchés par leur gentillesse et leur accueil si chaleureux un soir de Noel...

Le jour suivant il faut reprendre la route... Ils sont tous la pour nous dire aurevoir... Pas facile de quitter tout ce petit monde... John nous offre encore deux gros bouts de saumon pour le picnic !

familia_villarica

En deux jours de vélo on repasse en Argentine par le Paso Tromen... Encore une belle grimpette !!

mich_tromen

On rencontre sur la route Franck, un cyclo allemand, avec qui on roule trois jours et on partage de bons moments... On passe par Junin et San Martin de los Andes.

On commence la route des lacs avec un temps maussade qui se gatte... Le deuxième jour on se réveille avec la pluie... On part quand meme rouler. On est repeint a chaque passage de voiture sur cette piste boueuse. C´est une bonne journée de galère !!

galere

En fin de journée on arrive á Villa Traful ou l´on retrouve Sabine et Stefan pour feter le nouvel an. On se pose au camping et la météo s´améliore. On innove la fondue sur le barbecue !

P1030845

Villa Traful, c´est un petit village au bord d´un lac trés sauvage.  Cette année ce sera barbecue au camping pour le nouvel an !! Y a une bonne ambiance et on sympathise avec les voisins... A 23h tout le monde s´agitte, ca trinque dans tous les sens... Nous sommes tranquilles devant le feu... Il est en fait minuit, on a raté le changement d´heure il y a 3 jours !!! Ca fait rire tout le monde... On ouvre la bouteille de cidre en catastrophe et on trinque !!

nouvel_an

Encore bonne année et meilleurs voeux à tous !!

untitled

carte de voeux made by Barbara (la maman de Nini)

On fait aussi connaissance avec Viviana et Javier, deux argentins de Neuquen. On partage les tournées de mate... La gentillesse et la chaleur des argentins, c´est quelque chose !

amigos_villa_traful

Gracias los amigos !!

De nouveau on retraverse les Andes ! On découvre de nouveaux volcans et de nouveaux lacs... C´est bòoo !!!

volcan

Nous sommes actuellement sur l´ile de Chiloé. Ca fait drole de trouver une ambiance maritime  !!

mer

C´est l´été breton : pluie, soleil, pluie,... On découvre ici une culture singulière, aussi tout est en bois, meme les églises.

eglise

On a jeté l´ancre pour deux jours à Castro, la capitale. On trouve ici des palafitos, des maisons construites sur pilotis au bord de l´eau auxquels les bateaux viennent s´amarrer à marée haute.

palafitos

On prend le bateau mercredi pour Chaiten, le début de la carretera australe.

La carretera australe, c´est 1000 km de piste au milieu de forets vierges. C´est une route mythique, construite sous Pinochet pour relier les régions du sud. Sur ces terres hostiles, il y a peu d´habitants, on part les sacoches pleines, confiture, chocolat, riz, pates, c´est l´aventure !

On vous donnera des nouvelles dans 1000 km, d´ici un mois...

Que les vaya bien,

et merci pour tous vos messages...

coooool

Posté par mitchetnini à 20:49 - Commentaires [11] - Permalien [#]


24 décembre 2007

Saumon de Noel

A la vue des longues lignes droites de la fenetre du bus, on ne regrette pas ce petit saut de biche...

De Malargue on renfourche nos vélos pour 300 km de pampa désertique et sauvage. La présence humaine est marquée par quelques bosquets de peupliers ou l´on se réfugie pour trouver l´ombre et planter la tente.

P1030563

Sur le chemin on rencontre Monica, Kurt et Emil, deux cyclistes allemands et leur fils de 15 mois. On roule ensemble 3 jours dans ces lieux reculés et on découvre la vie de famille itinérante...

emil

Finalement on modifie légèrement nos plans et on décide de faire un crochet par le Chili... Du coup il faut traverser les Andes, on part plein ouest avec le vent de face, c´est dur...

P1030603

A l´arrivée au col on redécouvre enfin des forets, des ruisseaux et de l´herbe ! Tous les arbres sont des araucarias, fierté régionale endémique.

P1030596

A Icalma, on pose la tente au bord du lac. Il règne ici une ambiance bien paisible... Ca nous plait. Il y a une forte presence mapuche, les indiens autochtones.
Mich sent bien le coin, il sort la canne et la cuillère de 2... Et là y´a du monde !! Il nous sort un saumon de la famille du saumon de 45 cm !!

P1030613

On avait prévu une boite de sardines pour l´almuerzo, finalement ce sera un festin !!

P1030619

Nous sommes à Villarica depuis deux jours. Après 11 jours de vélo on se détend un peu les jambes... Sauf hier, nous sommes allés marcher dans le parc Huerquehue...

P1030739

On est dans la région des lacs chilienne, il ya de nombreux lacs et cours d´eaux plus beaux les uns que les autres. Quelques volcans majestueux encore blancs et fumants dominent le paysage.

P1030689

On a trouvé une chambre dans un hotel-poissonerie, specialisée dans le saumon... On espère encore que les proprios nous invitent à leur table du réveillon...

Demain c´est Noel et on reprend la route pour l´Argentine. Direction Bariloche ou l´on éspere arriver à temps pour le nouvel an.

Plein de bises, festoyez bien, on pense fort à vous tous... et....  Joyeux noel !!

P1030615

Posté par mitchetnini à 15:48 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

09 décembre 2007

Buen tiempo

Comme prévu le vent est au rendez vous pour nous cueillir à froid à la sortie de San José de Jachal. Malgré nos vaillants coups de pédale on a l´impression de faire du sur place.

cordillera

Heureusement nous quittons plus loin la vallée pour une route à flanc de montagne à l´abris. Dans la montée une voiture nous double et s´arrete. Ce sont des journalistes qui préparent un reportage sur la région. Ils nous interviewent sur nos motivations à pédaler dans ces contrées éloignées. Nous ne sommes pas peu fiers !

Nous poursuivons les jours suivants vers Barreal. On continue à longer la cordillère.

Et puis de nouveau, la piste, le vent, et vogue la galère...

galere

On s´arrete au bout de 36 km de montée, à plat... Les deux habitants du hameau nous conseillent de planter la tente à coté de la troisième maison, la gendarmerie... Il n´y a personne, le portail est fermé mais nous glissons nos vélos sous la cloture. Peu après, surprise, les gendarmes débarquent ! "Aie que vont ils dire ?" Finalement nous sommes les bienvenus. Nos hotes se révèlent vraiment gentils et nous offrent meme une chambre. C´est la première fois qu´on dort au poste ! Si on a bien compris leur job dans ce lieu reculé, ils vont occuper leurs deux semaines à nourrir le cheval et à entretenir la maison...

gendarmerie

A Barreal Nini est génée par un torticolis... bonne excuse pour troquer notre tente contre une petite cabane sous les peupliers. Après six mois de nomadisme, on est heureux dans cette petite maison de campagne. On se sent un peu comme chez nous... un frigo, une gazinière, une table, un évier, une chambre... C´est bete mais ça fait du bien ! Tous les soirs on s´exerce au barbecue... et on repousse notre départ...

On finit part quitter cet environnement paisible...

Quelques jours plus tard, nous voilà de nouveau dans le dur dans le dernier col qui doit nous mener à Mendoza. En pleine pampa, l´orage éclate et comme par magie on croise un engin de la DDE piloté par Carlos... Celui ci nous invite à nous réfugier dans sa baraque de chantier... Lui et son collègue Luis font une sacrée équipe, l´un sur la route et l´autre à la cuisine !

Jusqu´au lendemain on reste avec eux. On partage les tournées de mate et les repas. Ils semblent ravis d´avoir de la visite...

luis_et_carlos

Au moment de partir Carlos insiste pour monter nos bagages jusqu´au col avec sa machine ! Après une longue et belle descente nous arrivons à Mendoza ou nous retrouvons Sarah et Julien.

Le lendemain de nos retrouvailles, on est au Chili. Après un bref passage à Santiago on part découvrir Valparaiso. On est surpris par la taille de la ville mais les vieux quartiers colorés sur les collines sont trés agréables à visiter. Nous sommes aussi trés contents de déguster un bon poisson... ca faisait longtemps !

valpo

Sur la route du retour on s´arrete à Puente del Inca à 2700 m d´altitude. Après l´effervescence urbaine, c´est bon ! Petite rando au pied de l´Aconcagua, ambiance haute montagne !! On hésite à poursuivre... mais nous n´avons que nos sandales allemandes... Ca va pas le faire !

rando

Les jours suivants on redescend dans la vallée oú on se loue une petite cabane à la campagne au milieu des vignes...Dès le premier soir on sympathise avec Daniel, le propriétaire et il ne peut s´empecher de nous enseigner sa facon à lui de faire l´asado... C´est aussi un passionné de la bio énergie, de la quatrième dimension et il croit fermement à l´existence d´ovnis... Ca fait beaucoup...

On consacre une journée à la visite de caves. 70 pourcent de la production nationale est réalisée dans les environs. On loue 4 vélos et "c´est parti " !

caves

Pour finir la semaine direction les bains thermaux de Cacheuta avec Daniel... Sarah et Julien profitent encore un peu de la chaleur et du soleil argentin...

bains

Nous avons quitté hier nos amis et nous reprenons aujourd´hui la route : saut de biche en bus de 400 km environ jusqu´à Malargué pour éviter quelques lignes droites désertiques interminables... Nous nous rapprochons peu à peu de la Patagonie...

On vous embrasse bien fort, hasta luego !

equipe

Posté par mitchetnini à 12:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

16 novembre 2007

Manuya !

Dès le lendemain de l´arrivée de Serge et Richard on est prèt et on reprend la route. On quitte la famille Marin après un petit déjeuner à rallonge. On est un peu triste, on a trouvé beaucoup de chaleur dans cette famille... en partant, ils nous offrent mème des cadeaux à tous les 4 !!

Au bout de 13 km la première embuscade se présente et l´on s´arrète déjeuner ! Empanadas et cerveza... le ton est donné !!

P1030238

Malgré ca on arrive à bien rouler l´après midi et on plante la tente dans un camping en bord de lac. Le jour suivant on entre dans la quebrada de Cafayate dans laquelle on roule deux jours entourés de roches rouges sculptées par l´érosion. Il y a trés peu de circulation et c´est du bonheur de rouler dans ce décors.

P1030264

P1030291

Nous plantons la tente dans la quebrada à coté du lit de la rivière. Chacun son caillou et son assiette de pates... Enfin on soigne quand mème bien nos deux équipiers, c´est bananes au chocolat en dessert !

A Cafayate retour à la civilisation, c´est une petite ville touristique. Son principal attrait : ses caves....

PICT2588

De là on poursuit vers Belen en 3 jours. Première étape à Santa Maria après une journée chaude, trés chaude... le thermomètre affiche 47 degrès ! "Il tape le gaillard !"

A Santa Maria on trouve une chambre familiale pour 4 et on décide de faire un asado. Le propriétaire de l´hotel nous accompagne à la boucherie et donnera une lecon de barbecue aux garcons !! Ici c´est tout un art...

P1040336

Pour rejoindre Belen un vent de face nous ralentit et nous stoppe dans la pampa... "Ca fait pas rire !" On met les tentes à l´abris dans une cabane abandonnée. Au début ça grogne un peu mais finalement c´est l´aventure pour nos deux gaillards !

P1040421

Le lendemain on arrive à Belen. On sait que l´on a une ligne droite de 250 km sans intéret... on décide de prendre une voiture pour Chilecito...

Après Chilecito et quelques lignes droites, un beau col, la cuesta Miranda nous mène à Villa Union. On roule fort et l´on fait 112 km... Superbe étape, on se fait plaisir...

19145888_m_1_

P1040538

De Villa Union on est reparti pour San José de Jachal. Malgré un départ matinal le vent nous stoppe de nouveau et on embarque dans une peugeot sur 70 km... une sacrée expédition avec 4 vélos...

P1040688

On finit les 40 bornes restantes à vélo. On fait une halte pèche infructueuse... C´est déja notre dernière étape à 4...

P1030273

On passe les deux derniers jours à San Juan à profiter.

P1040568

Nous avons passé deux belles semaines, on est tombé dans toutes les embuscades mais on a quand mème roulé fort. "On a la patate !!"

Grace à de nombreux travaux pratiques et dégustations, ils rentrent en France experts en vino et bife argentins... (on en a bien profité aussi !!) Ils ont tous les deux bien déconnecté du quotidien et du boulot, mais Serge tient à saluer tous ses amis et ses clients qui nous suivent. (C´est bien comme ça papa ??!!)

P1030363

On parle depuis le début de la gentillesse des gens que l´on rencontre mais il faut reconnaitre que dans le nord ouest argentin c´est exceptionnel  ! Tout le monde s´intéresse et nous pose des questions, les argentins sont vraiment ouverts et chaleureux.

Nous avons quitté Serge et Richard hier et nous reprenons la route tous les deux... On redoute un peu le vent ... à suivre. Direction Mendoza ou nous avons rendez vous avec Sarah et Julien dans deux semaines.

On vous embrasse,

Suerte !

P1030386

Posté par mitchetnini à 16:03 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

01 novembre 2007

Un bife de chorizo por favor !

Après Uyuni, nous voilà partis pour Tupiza. 4 jours de piste, du sable, encore du sable...

sable

On est passé par de beaux cols à 4200 m pour enfin rejoindre la vallée de Tupiza par une longue descente. C´est une vallée magnifique, avec des roches de couleurs rouges aux formes impressionnantes, un vrai décor de western. C´est d´ailleurs ici que Butch Cassidy et le Kid sont enterrés.

valtupizmich

western

Pour gagner quelques km, on quitte la piste pour emprunter le lit du rio plus ou moins asséché !

rio

A Tupiza, nous avons été hébergé dans un hotel tenu par une famille trés gentille avec qui nous avons partagé un bon repas crepes... On a également profiter de la douceur de la ville pour se reposer.

De là, encore deux jours de piste et de tole ondulée pour rejoindre la frontière. On passe notre dernière nuit bolivienne dans une petite salle de classe, et l´on recoit un accueil des plus chaleureux par le professeur.

Nous avons passé un mois et demi dans ce pays qui nous a paru plus rude que le Pérou et l´Equateur.

Grand deux fois comme la France mais il est peuplé seulement de 8 millions d´habitants. C´est un pays qui détient d´énormes richesses naturelles, gaz, minerai, foret amazonnienne... mais qui faute de capitaux et sans doute a cause d´une mauvaise gestion par les pouvoirs publics, beaucoup de ces richesses profitent aux étrangers. La présence d´Evo Morales à la tete du pays semble donner espoir a de nombreux boliviens...

cocalero

Evo est appelé le Cocalero car malgré la pression internationale, il soutient la production de coca. Machée depuis des millénaire par les peuples andins à des fins thérapeutiques et religieuses, il est prouvé que la feuille de coca ne comporte aucun risque d´affecter le système nerveux. Elle est au centre de la spiritualité de peuples andins et constitue l´un des symboles les plus importants des Andes. Elle aurait de nombreuses vertus, notamment celles de couper la faim et la soif. Ensuite, avec la decouverte et la consommation de cocaine le mythe de la coca et ses vertus ont du mal á se faire entendre... Mais la Bolivie continue a produire et consommer en grande quantite la feuille de coca... Et dans le Coca-Cola il y en a encore...

images

On a bien aimé la Bolivie, on sait aussi qu´on est passé à coté d´une grande partie, notamment l´Amazonie, Santa Cruz, Tarija,... Nous avons eu de bons contacts, mais globalement moins qu´au Pérou. Les boliviens nous ont apparu plus réservés. On a traversé beaucoup de belles régions peu habitées et préservées oú l´on s´est régalé à pédaler. Finalement depuis l´Equateur ça va crescendo... S´il avait fallu commencer par les pistes boliviennes, on se serait senti bien perdu dans cette immensité...

PICT2553

Coté bouffe, les pates à l´huile d´olive ont détronné la trucha et le pollo. Nous n´avons pas été bien aventureux de ce coté là... Par contre on a adoré l´encas national, la salteña, sorte de petit chausson épicée à la viande... humm...

Nous avons roulé 1 687 km et parcouru 20 250m de dénivelé en 30 jours de vélo... et toujours 0 C_ _ _ _ _ _ _ N !


argentine

Enfin... depuis La Quiaca à la frontière, nous avons retrouvé l´asphalte et une vie qui ressemble plus à chez nous, ça fait presque bizarre ! Il y a plus de traffic, beaucoup plus de voitures personnelles et notamment des 504 et des "R12 à la Starsky et Hutch" ! Et bien sur dès la frontière on s´est fait un bon bife de chorizo et un bon vino !

Ensuite nous avons rejoint Salta et traversé la belle quebrada de Huamahuaca.

quebhumahuaca

On a quitté l´altiplano et nous sommes decendu à 1000 m d´altitude ! Que c´est bon de retrouver forets et paturages mais aussi la chaleur ! Record avant hier, le thermomètre affiche 43 degrès...On se demande si l´on ne va pas rouler la nuit ! Après la pause picnic c´est dur ...

quebhumahuacavaca

Ici à Salta on loge dans une casa de ciclistas chez Ramon, ses soeurs, Graciela et Virginia, et leur adorable maman, Tina. Tout ce petit monde prend soin de nous du levé au couché... On est au rythme espagnol, déjeuner à 14h30 et diner à 22h...

On a aussi retrouvé nos amis suisses, Nicole et Nicolas avec qui nous avions roulé sur le Salar, ils sont un peu amaigris après leur traversée du sud Lipez mais toujours aussi sympas ! On partage ensemble la vie de la famille Marin qui est d'une hospitalité et d'une gentillesse incroyable.

photofamille

On deguste empanadas et pain maison ! Hier on a fait un asado... Il y a au moins une vache qui est passée dans le barbecue !!!

asado

Cet aprés midi nous avons bien récupéré Sergio et Ricardo avec tout leur matériel et de bons produits savoyards !

P1030235

Ensemble on va braver la canicule et essayer de rejoindre la Rioja à quelques 800 km au sud, en évitant les embuscades asado et vino !!

On vous fait de grosses bises, à trés bientot,

PICT2583

                                                      .... On n´est pas rendu !

Posté par mitchetnini à 20:13 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

17 octobre 2007

Vale un Potosi !!!

A  Potosi  nous  avons  consacré  notre  derniere journée en compagnie de Sam à la visite des mines.

De bon matin on nous equipe comme de "vrais" mineurs, des bottes au casque. Ensuite direction le marché des mineurs ou l'on achete des feuilles de coca, de la dynamite et des boissons. Arrive au Cerro Rico, l'entree de la mine est impressionante, tout est noir.

PICT2508

Accompagnés de nos 2 guides on pénètre dans le tunnel et deja il faut se mettre sur le cote pour laisser passer des mineurs qui poussent un wagonnet rempli de minerai. On extrait ici de l´argent, de l´étain et du plomb.

On est excité et curieux mais pas trés rassuré... On avance, il fait de plus en plus chaud. On rampe, on se glisse dans des trous avec "tobogans" et échelles... On rencontre quelques groupes de mineurs, souvent trés jeunes, on échange avec eux et on leur offre des feuilles de coca, de la dynamite et des sodas.

PICT2493

Les conditions de travail sont terrifiantes et n´ont guère évolué depuis 400 ans. Les mineurs passent plus de 10 heures sous terre sans manger ni boire. Ils tiennent grace à la feuille de coca qu´ils mastiquent toute la journée. Ils travaillent à la pelle et à la pioche et remontent le minerai à la force des bras... Au bout de 2 heures on est content de se diriger vers la sortie, on a de plus en plus de mal a respirer a cause de la chaleur et de la poussière.

On est choqué par la dureté et la pénibilité de leur travail. Comment font ils pour tenir ? On sent cependant une certaine fierté de leur part.

Depuis 2 ans grace a l'augmentation des cours du minerai l'activité a bien repris et un mineur peut espérer gagner 2000 bolivianos (200E) par mois alors qu'un instituteur en gagne la moitié. Au bout de 15 à 20 ans de travail ils sont souvent obligés d'arréter atteints de silicose ; l´issue est fatale...

Le Cerro Rico est exploité depuis l'époque coloniale et a grandement participé a la richesse de l'Espagne et de l'Europe. La loi de la "Mita" obligeait les esclaves de plus de 18 ans à travailler par roulement de 12 h, 4 mois durant, sans sortir...

Ca a été un moment fort. On a pris conscience de ce qu' était le travail de mineur et on a souvent pensé au grand père de Virginie qui a passé de nombreuses années à la mine de La Mure.

Le soir Sam a repris un bus direction La Paz. On a fait ensemble un bon bout de route ; il s'est acclimaté comme un lama !

sm

Nous on est resté quelques jours de plus à Potosi. On était hébergé dans une casa de ciclista, chez Florencio et sa famille. Ils tiennent une boulangerie qui les occupe du matin au soir sans relache. On a partagé nos diners et notamment de bonnes pizzas que l'on a faites cuire dans le four à pain.

PICT2513

PICT2532

La reprise du vélo a été dure... Des la sortie de Potosi on quitte l'asphalte pour une piste de sable. Apres Paris-Roubaix c'est notre Paris-Dakar. On a 215 km pour atteindre Uyuni... Nini n'est pas en grande forme et on hésite à faire du stop. On se motive comme on peut et on fait quand mème 50 km. Demain ca ira mieux...

PICT2537

On met 4 jours pour arriver à Uyuni. On a traversé des paysages superbes et sauvages. On a battu notre record de journée marathon : une étape de 11h dont prés de 8 sur la selle !

P1020882

Uyuni est une ville perdu au milieu de nulle part mais semble-t-il un passage incontournable des cyclistes... Peu après notre arrivée on rencontre 8 autres cyclovoyageurs !

Le lendemain on part avec Nicole et Nicolas, un couple suisse, à la découverte du salar à vélo... Aprés 30 km on arrive en bordure de cette immensité blanche de 12 000 km2, on est comme des fous ! On a l´impression d´etre sur la neige mais c´est du sel !

P1020939

C´est un moment tellement révé depuis le début de notre projet. Ca roule trés bien, on fait 30 km de plus et on pose les tentes... la classe ! C´est tout blanc à perte de vue... On se fait un bon repas, cacahuètes, purée et vino ! Au réveil, Nini a un beau cadeau d´anniversaire... le levé de soleil...

P1020965

Aprés le petit dèj, on quitte nos amis suisses un peu à contre coeur. Ils partent pour la traversée du Sud Lipez, une route que l´on avait exclue à cause de sa difficulté. Mais ce matin on voudrait tenter l´aventure... Ca fait tellement envie... Nous n´avons que 2 boites de sardines, 500 g de riz et un réchaud qui nous a laché... Enfin, on n´est pas prèt... On fait donc demi tour, comme prévu et nous rentrons à Uyuni, vent dans le dos.

P1020985

Le lendemain on part pour 3 jours en 4*4 dans le Sud Lipez. On partage la voiture avec deux danoises et un couple d´anglais... leur première question : "DO YOU LIKE RUGBY?!"... Ils ne fanfarronnent pas trop et on sympathise... lui aussi voyage avec sa canne à peche !!

Pendant ces 3 jours on découvre des paysages "encore" merveilleux. C´est une région désertique, volcanique et trés riche en minerai, ce qui donne de belles couleurs aux roches. On s´émerveille devant d´étonnantes lagunes de différentes couleurs peuplées de flamants roses...

P1030047

P1030076

P1030139

On est de nouveau à Uyuni et on se prépare pour demain. Direction Tupiza. Ca ne devrait pas etre facile non plus. La dernière fois que l´on était sur les vélos, on s´était dit qu´on le ferait en bus !! A ver... !

Dans 200 km Tupiza, dans 300 km un bon steak argentin et dans 700 km les retrouvailles avec Serge, le papa de Virginie et Richard, son ami.

Hasta luego !

P1030090

Posté par mitchetnini à 21:41 - - Commentaires [11] - Permalien [#]